Femme se lavant les mains au lavabo.

Depuis que le coronavirus a fait surface début janvier, les gouvernements du monde entier se sont engagés dans une bataille de prévention. Le nombre d’infections augmente également dans nos régions. Cependant, les réponses scientifiquement fondées à cette crise sont souvent éclipsées par la désinformation. Quelles informations sont correctes, et surtout : que pouvons-nous faire à notre niveau ? Le meilleur conseil est aussi le plus simple : il faut se laver les mains souvent et correctement. Le séchage effectif des mains à l’aide d’un essuie-mains en papier ou d’un sèche-mains de qualité est une étape souvent oubliée, mais pourtant essentielle.

Comment le coronavirus se propage-t-il ?

Des recherches menées par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CCDC) ont montré que le coronavirus (responsable de la COVID-19) se propage par la « dispersion de gouttelettes » – en d’autres termes, le virus ne passe d’une personne à l’autre que par l’intermédiaire de minuscules gouttelettes projetées par la toux et les éternuements. Selon des études récentes, il se déplace sur des gouttelettes de plus de 5 à 10 microns (un millième de millimètre), qui retombent rapidement et finissent ainsi leur parcours sur les surfaces qui nous entourent.

L’Institut national néerlandais de la santé publique et de l’environnement (RIVM) formule l’hypothèse d’un déplacement jusqu’à une distance de deux mètres : le virus ne « vole » pas plus loin que cela. En outre, il n’y a aucune preuve que le virus peut rester plus longtemps en suspension dans l’air et se propager de cette façon. Cela signifie que le coronavirus ne peut pas se propager par l’air, les souffleries d’air ou les systèmes de climatisation. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme également que seuls ceux qui inhalent des gouttelettes ou les ingèrent en portant leurs mains à la bouche peuvent être infectés.

Comment pouvons-nous prévenir la propagation du coronavirus ?

À l’heure actuelle, il n’existe aucun vaccin contre le coronavirus. Dans ce cas précis, il vaut donc mieux prévenir que guérir. Les professionnels de la santé et les gouvernements soulignent à juste titre que l’hygiène est le mot clé dans la lutte contre la COVID-19, et en particulier l’hygiène des mains. Se laver les mains régulièrement et de façon minutieuse avec du savon et de l’eau s’avère être l’un des moyens les plus efficaces de se protéger et de protéger les autres. Si le lavage n’est pas effectué correctement, il rate son effet. Même l’efficacité du gel désinfectant pour les mains diminue si on ne se lave pas correctement les mains d’abord, selon Marcel Zwietering, professeur de microbiologie alimentaire à l’Université de Wageningue.

Cependant, les médias ne disent pas suffisamment qu’un séchage correct des mains est au moins aussi important. En effet, le séchage des mains s’accompagne de nombreux risques de recontamination. Des mains mouillées ou humides favorisent la prolifération des bactéries et répandent jusqu’à mille fois plus de bactéries sur les surfaces qu’elles touchent. C’est pourquoi les deux principales organisations internationales de santé, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies(CDC), prescrivent de se sécher les mains avec un essuie-mains en papier ou un sèche-mains à air.

Les sèches-mains électriques à air pulsé sont-ils sans risque pour la propagation du coronavirus ?

Lors d’un passage aux toilettes, plusieurs surfaces sales sont souvent touchées, avant et après le lavage des mains : lors de l’ouverture de la porte des toilettes, de l’ouverture et de la fermeture du robinet et du contact avec le rouleau d’essuie-mains, les essuie-mains en papier ou le bouton du sèche-mains. Toutes ces surfaces peuvent être contaminées par des bactéries lors du contact.

Étant donné que le coronavirus en particulier se propage par le toucher et que la plupart des sèche-mains à air pulsé sont actionnés sans les mains, vous évitez ainsi les contacts physiques inutiles et risqués. Lorsque vous utilisez des essuie-mains en papier, vous êtes plus susceptible de transmettre le coronavirus par le toucher. Les serviettes de toilette ordinaires ou les rouleaux ne sont pas non plus de bonnes solutions, puisqu’en les utilisant, vous pouvez aussi être contaminé par des bactéries ou virus déposés par d’autres utilisateurs.

Certains sèche-mains à air pulsé sont équipés d’un filtre HEPA et garantissent que toutes les bactéries ou presque sont filtrées de l’air avant qu’il soit projeté sur vos mains. Jusqu’à 99,97 % des particules sont ainsi éliminées de l’air avant le séchage. En partie pour cette raison, ces sèche-mains à air pulsé sont utilisés dans les hôpitaux modernes. De même, des sèche-mains avec filtre HEPA sont également installés dans les sas de désinfection des hôpitaux spéciaux en cours de construction en Chine pour traiter les patients atteints de la COVID-19, comme dans l’hôpital des maladies infectieuses de Shenyang.

HACCP International,une organisation de premier plan dans le secteur de l’agroalimentaire, a certifié le caractère parfaitement hygiénique d’un certain nombre de sèche-mains électriques. Ce certificat HACCP garantit que l’appareil répond aux exigences les plus élevées en matière d’hygiène des mains. La contamination étant un risque permanent dans les zones de production d’aliments, ces sèche-mains conviennent parfaitement à ce domaine.

Cependant, il existe des rapports affirmant que les sèche-mains dispersent des bactéries et des virus en soufflant, mais ils ne sont pas fondés. Les chercheurs à l’origine de ces études – qui ont été financées par l’industrie du papier – ne se sont pas basés sur une méthodologie qui simule leur utilisation de manière fiable et réaliste. Il n’existe donc aucune base scientifique permettant d’affirmer que les sèche-mains à air pulsé avec filtre HEPA ne sont pas hygiéniques ou propagent des bactéries et des virus.

Il ne fait aucun doute que l’hygiène est la priorité dans la lutte contre le coronavirus. Se laver les mains sans oublier (!) de les sécher soigneusement ensuite avec un essuie-mains en papier ou un bon sèche-mains est la recommandation numéro 1 pour éviter de nouvelles contaminations.